Heid is so a schener Tog ! ...

Grosse Acht durch Bayern
Big Bavarian Eight


BRM 1000 KM
10 - 14 juin 2009


Sophie Matter

Pour quelques jours, la Haut-Varoise que je suis est devenue Bavaroise. Même si j'ai beaucoup oublié et que je ne trouve plus mes mots, je ne me sens pas vraiment étrangère en Allemagne. Mon père travaillait au service commercial de l'ambassade de France. Née en Suisse, j'ai passé la majeure partie de mon enfance à Berlin, une ville fascinante. Logée à l'Est, scolarisée à l'Ouest, j'ai grandi à cheval entre deux mondes inconciliables, deux modèles sociaux antagonistes, franchissant quotidiennement, sans aucune difficulté, ce Mur où d'autres laissaient leur vie. Plus tard, mon père ayant changé de poste, j'ai vécu deux années à Bonn, le temps d'empocher le bac, avant de débarquer à Paris pour les études. Mais je n'avais encore jamais été en Bavière...



Bad Feilnbach

Quelques traits caractéristiques d'un village bavarois: un clocher aux formes presque orientales, un «Maibaum» sur la place, «Grüss Gott» marqué à l'entrée, beaucoup de chats et de bicyclettes, beaucoup de verdure, des rues propres, des jardins bien entretenus, des maisons pimpantes, des gens calmes et souriants.
Les automobilistes, dans l'ensemble, sont courtois et respectueux. Un réseau impressionnant de pistes cyclables, qui doublent beaucoup de routes ou s'aventurent seules en pleine campagne, incite à la pratique du vélo. J'ai vu des familles entières pédaler au bord des rivières, j'ai vu une vingtaine de bicyclettes adossées au mur d'une petite église où l'on chantait la messe, et autant de «Drahtesel» dans une charmante clairière où se tenait un banquet.
Aujourd'hui, la Bavière est l'un des Länder les plus riches de l'Allemagne réunifiée (avec l'un des taux de chômage les plus bas). Contrairement à l'Allemagne du Nord, elle est très majoritairement catholique et politiquement plus conservatrice (avec une dominante de la CSU, l'Union chrétienne-sociale).



Maibäume


La capitale de l'Etat de Bavière est Munich (München). Parmi les noms de villes qui vous diront peut-être quelque chose, citons Nuremberg, Bayreuth, Augsbourg et Ratisbonne (Regensburg).
Mais le parcours du Grand Huit évite les grosses agglomérations. A l'instar d'aventures bien gauloises, tout commence dans un sympathique petit village, où d'irréductibles randonneurs résistent encore et toujours à la monotonie...



Osterdorf


Osterdorf, 760km à l'est de Paris, petit village bucolique perdu dans le Jura Franconien (Fränkische Alb), 300 âmes, sans compter chats, chiens et vaches. Une passion, la randonnée longue distance. Deux passionnés, Karl et Heidi Weimann. Karl a terminé son premier PBP en 1995. Depuis 2001, il organise la série des brevets qualificatifs à Osterdorf, à laquelle il ajoute un 1000 un peu particulier, le Grand Huit Bavarois.
Karl et Heidi ont installé leur quartier général dans l'ancienne école d'Osterdorf, à côté de l'église, sur la place du village, qui est recouverte d'une belle pelouse (Anger).
Les locaux comprennent une salle qui sert de réfectoire, une cuisine spacieuse, des douches, des WC et une grande pièce à l'étage, où sont installés des lits de camp: c'est le dortoir. Les murs sont décorés de trophées, médailles et banderoles en hommage à PBP et aux Randonneurs Mondiaux. Deux tours Eiffel trônent dans une vitrine, et à l'entrée, les visiteurs sont accueillis par les drapeaux de tous les pays qui ont été représentés aux brevets d'Osterdorf.



Les trophées de Karl

Le Grand Huit Bavarois, die Herausforderung!
Quand j'étais gamine, je préférais les manèges musicaux et les chevaux de bois qui m'emmenaient dans leur ronde paisible et immuable, en oscillant doucement. Je ne m'en lassais pas, je partais dans des rêves sans fin. Jamais je ne suis montée sur un grand huit, j'étais une enfant très prudente et très calme, je ne me sentais pas du tout à l'aise dès que tout le monde se mettait à crier et que les choses allaient trop vite... d'ailleurs je n'ai pas changé...



Le Grand Huit Bavarois est un huit géographique. On commence par une boucle de 628km à l'issue de laquelle on revient à Osterdorf, dans les locaux de Karl, où l'on profite du réfectoire, des douches et du dortoir, puis on repart pour une seconde boucle de 433km. En fait, c'est la réunion du 600 et du 400 d'Osterdorf (qui sont cependant parcourus en sens inverse).
A l'exception de deux contrôles tenus par les organisateurs (Duftbräu au km304 et Deuerling au km521), on fait valider sa carte de route dans des stations-service ou des aires de repos autoroutières, dont la plupart sont ouvertes 24h/24. Leur localisation est précisée sur la feuille de route (road-book). Les gérants sont au courant de l'épreuve et jouent le jeu: ce sont eux qui apposent le cachet et notent l'horaire de passage sur la carte. En contrepartie, ils ont l'assurance que les randonneurs affamés feront quelques emplettes chez eux.
Le Grand Huit est réputé coriace en raison de son important dénivelé, plus de 10.000 mètres disent les organisateurs, 11.800 selon Openrunner:


Die Berge sind nicht Deine Gegner sondern Deine Herausforderung...
Très littéralement: «les montagnes ne sont pas tes adversaires, mais ton défi»...





Un peu de géographie...

L'Etat libre de Bavière (Freistaat Bayern) est le plus grand des seize Länder allemands. Située dans la partie méridionale de l'Allemagne, la Bavière est séparée de la République Tchèque par la profonde forêt de Bohème, à l'est, et de l'Autriche par la chaîne des Alpes, au sud.
Traditionnellement, la Bavière se compose de trois pays, la Franconie (Haute, Moyenne et Inférieure), la Souabe (Schwaben) et l'Ancienne Bavière (Altbayern, correspondant à la partie la plus ancienne, avec la Haute Bavière, la Basse Bavière et le Haut Palatinat).


Mon atlas est vieux, cherchez l'erreur...


Bien que différents des nôtres, les paysages bavarois m'ont paru familiers: c'est de la moyenne montagne, nous nous situons entre 300 et 600 mètres d'altitude, avec des passages à 800 mètres.
Les contreforts des Préalpes, qui s'étendent du Danube, au nord, à la chaîne des Alpes bavaroises, au sud, forment un ensemble très varié de vallées, de collines parfois bien hautes et de plateaux, ponctué de grands lacs (nous en longeons quelques-uns: le Starnberger See, le Tegernsee et le Chiemsee). Des Alpes proviennent le Lech, l'Isar et l'Inn, affluents du Danube que nous traversons au cours de notre périple (Landsberg am Lech, Bad Tölz, Nussdorf am Inn, Pürten am Inn, Wörth an der Isar).
Le point culminant de la Bavière est la Zugspitze (2962m), dans le massif du Wettersteingebirge (circonscription de Garmisch - Partenkirchen). Nous ne nous aventurons pas dans les Alpes elles-mêmes. Le plus haut massif que nous escaladons est le Samerberg, avec un passage à 850 mètres d'altitude.
Le célèbre Danube (Donau) prend sa source plus à l'ouest, en Forêt Noire; lors de son passage en Bavière, c'est encore un gamin, mais il a déjà belle allure et ses eaux sont limpides. Nous le franchissons deux fois durant la première boucle, à Marxheim (en «montant» vers le sud) et à Poikam (en «redescendant» vers le nord). Il coule ensuite vers l'Autriche, arrosant Passau et Linz).
Au nord du Danube s'étend le Jura Franconien, plateau calcaire d'altitude modeste. Rappelons que le massif du Jura s'étire en croissant, au nord des Alpes, depuis la France, jusqu'à la Bavière en passant par la Suisse. En Bavière, on distingue le Jura Souabe (Schwäbische Alb), que nous ne visitons pas, et le Jura Franconien (Fränkische Alb).
Le nom «Alb» proviendrait du celtique, où il désigne un pâturage de montagne, mais les Allemands emploient aussi l'appellation «Jura».
Le Jura Franconien englobe toute la partie septentrionale de notre parcours, depuis la très touristique Suisse Franconienne (Fränkische Schweiz) à l'extrémité nord, jusqu'à l'Altmühltal, avec beaucoup de particularismes régionaux (Schwarze Laaber, Hersbrucker Alb, Oberpfälzer Alb, appelée aussi Bayerischer Jura). On y trouve beaucoup de falaises et de grottes creusées dans le calcaire par le Danube et ses affluents. Ce sont des vallées encaissées, des hauts plateaux, des forêts profondes, des côtes innombrables, parfois très raides.
L'Altmühl, fleuve venu de Moyenne Franconie, est également un affluent du Danube. Serpentant dans une riante vallée, il a donné son nom au Parc Naturel d'Altmühltal, où se niche le village d'Osterdorf, sur la commune de
Pappenheim <http://www.pappenheim.de/>, au centre du Grand Huit Bavarois.



Pappenheim



Weiter zum Bericht